L’homme chenille

C’est l’histoire d’un homme chenille dont le nom n’est pas parvenu jusqu’ici.
L’homme chenille n’a pas connu ses parents, mais enfant déjà il se débrouillait très bien. Il a appris tout seul à se déplacer, trouver sa nourriture, éviter les dangers. c’était presque magique de le voir grandir, se développer et s’éduquer sans l’aide de personne. Il connaissait le nom de tous les végétaux garde-manger qu’il rencontrait.
Il avait parcouru un long chemin dans sa vie. Il est venu au monde dans un lieu nommé l’Églantier. Tout d’abord minuscule, il s’est régalé de feuillage afin de densifier son pelage. Puis quand il s’est affermi, il partit à l’aventure, traversant la Taupinière, le Jardin d’Hiver et bien d’autres contrées.
Sa grande expérience et son agilité à éviter les dangers faisait de lui un homme sûr, convaincu de connaître tous les mystères du monde. Pourtant un jour l’inexplicable se présenta à lui. Il semblait chahuté, comme bercé sur une feuille morte, animée par le souffle du vent. D’étranges sensations montèrent en lui. Me voilà-je devenu fou ? se disait-il. Alors il lutta pour ne pas tomber, déséquilibré par ces flots insoupçonnés. Mais un jour, fatigué, sans savoir pourquoi il se décida à se couvrir d’un manteau de soie et se reposa, las.
Un matin, il se réveilla en sursaut. Que m’arrive-t-il ? Je ne peux plus bouger !!! Il commença à paniquer. Il ne pouvait plus sortir de son manteau si chaud. Je vais mourir… Une suée froide s’empare de lui, il suffoque et immobile ne peut rien faire. Alors vint à lui un souffle, des mots :
– Que fais-tu à te débattre, homme chenille ?
– Qui êtes-vous ? répond-il toujours apeuré.
– Je suis le géant au manteau d’argent. Celui qui n’a ni nom ni visage. Ma grande force ébloui quiconque essaie de me regarder en face.
– Pourquoi est-tu là, géant ?
– Je suis là pour te réconforter. Laisse tomber tes douleurs, tes craintes, tes angoisses. Laisse-toi bercer par le flot vivifiant de mon frère Esprit. Siège au fond de ton coeur, celui qui fait circuler la vie en toi, et laisse s’opérer la magie.
Le géant parla d’une voix tellement douce, puissante et réconfortante que l’homme chenille repartit dans un grand sommeil, illuminé par de nombreux rêves. Il revivait des scènes de sa vie. Il se rappelait des dangers qu’il a su éviter, les lourdes vibrations des pas des géants, qui le terrassait, l’obligeant à se recroqueviller, impuissant face à cette lourdeur ambiante. Car même s’il aimait beaucoup sa vie, c’est bien le ressenti de toutes ces vibrations lourdes qui rythmait ses pas, ses déplacements.
Puis un jour l’impensable arriva. Il sentit que de nombreuses transformations s’étaient opérées en lui. D’un mouvement inné il fracassa son manteau de soie et s’élança dans le vide. Une grande paire d’ailes s’étaient accrochées à lui. Et il prit son premier envol.
A partir de ce jour, l’homme chenille devenu homme papillon ne connu plus la lourdeur. Seule la légèreté animait maintenant son coeur. Il était devenu apesanteur, libre de tout contradicteur. Les maux ne le blessait plus. Il se débarrassa de ses vieilles guenilles, et ainsi de ses vieilles peurs. Il se sentait totalement libre, avec cette grande légèreté au fond du coeur. Un monde nouveau s’offrit à lui.

 

crop-circle-papillon

 

Auteur : Thorgari

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s